Opinions, regards, civilisations

La pierre d’un libéral

« Jean d’Ormesson, le meilleur de notre vieille France »

CHRONIQUE LA PIERRE D’UN LIRAL — Le plus célèbre des académiciens est décédé dans la nuit du 4 au 5 décembre. Il était non seulement une plume élégante et accessible célébrée par la critique, un écrivain léger et profond apprécié du grand public, mais aussi une figure politique paradoxale, fascinante et attachante. Par ROMAIN MILLARD

« La droite française entre trumpisation et merkelisation »

LA PIERRE D’UN LIBÉRAL Le président des États-Unis et la chancelière allemande, qui vient d’être réélue, incarnent deux archétypes « de droite » que tout oppose. La droite française, qui vient d’essuyer de cuisantes défaites, va être écartelée pour les prochaines années entre deux options : s’inspirer de la « droite Merkel » ou bien de la « droite Trump ». Par ROMAIN MILLARD

« Raymond Aron, penseur équilibré »

Cet intellectuel français a influencé des générations d’hommes politiques en défendant bec et ongles la philosophie libérale, dont il est devenu un des classiques. Par ROMAIN MILLARD

« Les revers de la suppression des cotisations salariales par Macron »

Pour redonner du pouvoir d’achat aux salariés, Emmanuel Macron s’est engagé à supprimer les cotisations maladie et chômage payées par les salariés, et à compenser cette mesure par une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG). Le gouvernement devrait plutôt utiliser un levier plus efficace et plus équitable : la « TVA compétitivité », qui présente trois avantages. Par ROMAIN MILLARD

Pourquoi la primaire prendra sa revanche

« La primaire nous a tués », déclarait François Baroin le 7 juin dernier. Une analyse des plus fausses car elle tient la primaire pour une cause de la défaite des LR, alors qu’elle n’est que la conséquence d’une crise plus profonde et durable de la droite. Par ROMAIN MILLARD

Qu’est-ce qu’un traître en politique ?

L’anathème le plus couramment utilisé dans le monde politique est sans aucun doute celui de « traître ». Pourtant, cette accusation sert bien trop souvent à condamner de manière expéditive des décisions plus complexes, et qui sont généralement le résultat d’un conflit entre plusieurs formes de fidélité. Par ROMAIN MILLARD

Face à Macron, la droite touchée mais pas (encore) coulée

Depuis le 23 avril, la droite française est déchirée sur l’attitude à adopter face à Emmanuel Macron. Après les élections législatives des 11 et 18 juin, trois scénarios seront possibles : la cohabitation, la coalition, ou l’opposition. Par ROMAIN MILLARD

François Fillon : le moins pire d’entre eux

Autant Alain Juppé m’avait inspiré un vote d’adhésion lors de la primaire de la droite, autant le vote Fillon sera un vote par défaut, voire par dépit. Ce sera aussi un vote de raison, motivé par la volonté de faire barrage au duo infernal Le Pen-Mélenchon, et de favoriser l’émergence d’une majorité parlementaire à peu près cohérente. Par ROMAIN MILLARD

Pourquoi la présidentielle n’est pas faite pour débattre

Si l’on parle davantage des charmes et des vices personnels des candidats à l’élection présidentielle plutôt que de leurs projets pour redresser la France, c’est parce que ce scrutin n’est pas conçu pour accueillir des débats d’idées. Par ROMAIN MILLARD