Opinions, horizons, civilisations

Une revue, un idéal

Vous avez sous les yeux la première édition d’une toute nouvelle revue en ligne concoctée par une dizaine de rédacteurs. Son nom : la revue Pierre. Son objectif ? Assumer des points de vue.

Dans notre société, la concurrence entre les médias traditionnels les incite à se différencier toujours plus. Ce qui amène chacun d’entre eux à prendre moins de risques dans les opinions qu’ils relaient, pour ne pas froisser leurs lecteurs.

La revue Pierre, gratuite et économe en moyens, expérimente le pari inverse : proposer la plus grande diversité de points de vue dans une kyrielle de domaines. Sur la politique, mais pas seulement. Sur l’actualité, mais pas uniquement. Par des Français, mais pas exclusivement.

S’agit-il encore d’une avancée du relativisme selon lequel toutes les opinions se valent ? C’est tout l’inverse. Un souci forcené de représentativité qui remédie aux discriminations par d’autres discriminations ? Jamais dans nos choix éditoriaux.

« Quand on me contredit, on éveille mon attention, non ma colère. Je m’avance vers celui qui me contredit, qui m’instruit. La cause de la vérité devrait être la cause commune de l’un et de l’autre. » (Montaigne, Essais, livre III, chapitre 8)

Nous partons de l’idée que c’est la confrontation des différences qui nous amène aux choses essentielles. D’où ce nom minéral, « Pierre ». Et cette diversité ne peut pas aller sans une variété de tons, d’écritures et de styles.

Ainsi vous découvrirez dans cette première édition le point de vue d’un libéral, d’une socialiste, mais aussi d’une libertaire qui analyse Mélenchon, vote blanc et abstention. Diversité géographique et sociale avec un Parisien aux premières loges des mondanités, un chômeur alsacien de 55 ans qui ne vote plus depuis 1981.

Mais aussi un Américain qui raconte comment il voit la France, un économiste. Un programme complété par un livre sur l’empire de Google sur nos vies et une revue d’opinions tirées dans la presse de ces deux dernières semaines.

Et les chroniques n’iront qu’en se diversifiant. Au programme pour les prochaines éditions : un point de vue conservateur et un philosophe. La revue Pierre entend bien démontrer, à l’occasion de l’élection présidentielle et au-delà, qu’elle place haut l’idéal de pluralité.

Raphaël Georgy
Abonnez-vous gratuitement

Recevez les articles de « Pierre » toutes les deux semaines dans votre boîte mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Jean d’Ormesson, le meilleur de notre vieille France »

CHRONIQUE LA PIERRE D’UN LIRAL — Le plus célèbre des académiciens est décédé dans la nuit du 4 au 5 décembre. Il était non seulement une plume élégante et accessible célébrée par la critique, un écrivain léger et profond apprécié du grand public, mais aussi une figure politique paradoxale, fascinante et attachante. Par ROMAIN MILLARD

« Un grand mystère de l’histoire de la musique : l’Adagio d’Albinoni »

LES GRANDS CLASSIQUES DE LA MUSIQUE N° 3 En 1945, un Italien prétend avoir retrouvé, dans les cendres fumantes de la bibliothèque de Dresde en Allemagne, une partition du célèbre violoniste Tomaso Albinoni. Si le mystère reste entier sur son authenticité, la mélodie, elle, a fait le tour du monde. Par CHRISTIAN DAGUERRE